A l’aube de mes 25 ans de métier dans le monde de la pêche à la mouche, je fais un petit bilan de cette aventure professionnelle. Faire des mouches et les vendre = c’est fait. Inventer des produits destinés à la pêche à la mouche = c’est fait. Avoir un magasin d’articles de pêche à la mouche = c’est fait. Gérer un parcours de pêche = c’est fait. Développer le tourisme pêche avec des gîtes = c’est fait. Proposer des initiations pêche à la mouche = c’est fait.

Reste donc une étape, le développement des truites par la Salmoniculture chez les particuliers, appelé aussi « Aquaponie ». Mais avant de vous présenter cette nouvelle aventure, je me dois de vous informer de quelques constats personnels.

Dans ce monde où les sociétés changent très rapidement, que de dégâts autour de moi. Plus de protectionnisme, voir nationalisme. Cela se voit aussi dans la pêche, protéger une espèce particulière par exemple. Mais un autre constat est devant moi, le changement climatique, l’appauvrissement de nos cours d’eau, une gestion halieutique mise à mal. Voir des productions basées sur une unité de masse et non une masse par unité.

Produire plus en diminuant les coûts tout tant en multipliant les bénéfices, là je rajouterai le partage de ces bénéfices. Actions sociales, culturelles, économiques et écologiques.

L’Aquaponie est basée sur ces 4 opérations.

Pour définir cette culture, j’ai repris la présentation du site internet aquaponie-pratique.com

L’aquaponie, c’est quoi?

Le mot « aquaponie » est une contraction de « aquaculture« (élevage de poissons)  et « hydroponie » (culture de végétaux hors sol).

L’aquaponie, c’est donc une symbiose entre végétaux, poissons et bactéries, c’est tout un mini écosystème naturel recréé, où les déchets d’un élément deviennent la nourriture d’un autre élément dans le système.

Cette technologie de culture, ce n’est pas que du jardinage, car ici on peut parler d’autonomie et d’indépendance alimentaire pour des familles, ou des collectivités !

Installation d’un système aquaponique

Créer et maintenir l’équilibre d’un système d’aquaponie est un art qui s’apprend avec l’expérience, mais l’installation d’un système aquaponique et sa technique sont relativement simples.

Imaginons que vous vous désirez commencer un système chez vous, simplement pour nourrir votre famille, ou alors pour devenir maraîcher et pouvoir vendre vos productions un jour proche…

Il vous faut trouver l’espace idéal pour accueillir votre installation.

Une cour, une serre, un garage, une véranda, un jardin, un toit…

Des tas de configurations sont possibles, une fois que vous aurez bien compris comment fonctionne un système aquaponique, vous serez capable d’imaginer comment adapter ces systèmes dans n’importe quels lieux, même avec peu de place!

La taille nécessaire pour un système aquaponique

Sa taille dépendra de ce que vous désirez produire, mais si c’est votre première fois, je vous conseille de déjà commencer avec un système simple, qui consiste à utiliser une ou plusieurs cuves IBC de 1000L comme dans les images ci-dessous.

C’est une bonne base pour commencer, et peu coûteuse pour faire vos premiers essais.

Cette cuve peut être achetée neuve, ou alors être recyclée de l’industrie, il faut alors faire attention aux produits qu’elles ont contenus et plutôt choisir les cuves provenant de l’industrie alimentaire, si c’est possible.

Un espace de 2 à 3 m² est suffisant pour un système aquaponique simple (image ci-contre).

Mais si vous avez la place nécessaire, vous pouvez produire encore plus de légumes, en ajoutant un ou 2 bacs de cultures supplémentaires, avec la même quantité d’eau.

Un peu d’explications pour vous aider à mieux comprendre

Vu que chaque bac de culture joue un rôle de filtre, vital pour les poissons, si vous ajoutez des filtres, vous améliorerez aussi nettement l’équilibre nécessaire entre les poissons, le nombre de bactéries et la quantité de plantes.

En règle générale, pour ces filtres biologiques productifs que sont les bacs de culture, on peut mettre autant de substrat qu’il y a d’eau.

Donc, si vous avez 1000L d’eau pour les poissons, vous pouvez utiliser jusqu’à 1000L de substrat!

Ce n’est pas obligatoire d’utiliser autant de substrat, au minimum un tiers de la quantité d’eau en substrat peut suffire, voire la moitié, ce qui sera plus sécurisé, surtout pour la période hivernale (pendant laquelle les plantes consomment moins de nitrates vu le ralentissement de leur croissance, il est donc idéal d’en avoir plus pour éviter les surcharges!)

Espace nécessaire pour l’installation d’un système aquaponique

Cela dépend de nombreux facteurs différents …

Si vous avez peu d’espaces larges, vous pouvez aussi mettre en place des systèmes verticaux, soit en construisant vous-même des bacs de culture adaptés avec des bâches étanches, soit en achetant des contenants avec des formes et des tailles idéales pour votre lieu.

Nous sommes en train de tester des systèmes verticaux…

Il y a beaucoup d’idées possibles, nous en avons testées plusieurs sortes, mais notre préférence se dirige actuellement vers ce genre de tour (image ci-contre).

Un système vertical permet d’optimiser l’espace au maximum, mais il facilite aussi nettement l’entretien, la récolte, et le nettoyage des cultures!

Vous pouvez aussi directement commencer votre première installation aquaponique avec ces tours, mais l’investissement de départ est alors un peu plus important, mais elles sont faites pour durer beaucoup plus longtemps qu’une cuve en polyéthylène!

Ayant débuté avec un système composé de genre de cuves IBC comme présenté plus haut, nous utilisons maintenant les 2 systèmes pour pouvoir utiliser au mieux tout l’espace disponible.

A vous de déterminer un plan adapté à votre lieu pour votre installation aquaponique.

Plomberie d’un système aquaponique:

En résumé, voici ce qu’il vous faut au minimum:

Une pompe:

Il n’y a besoin que d’une seule pompe pour le fonctionnement d’un système d’aquaponie.

Essayez de trouver une pompe économique adaptée à votre volume d’eau à déplacer.

Vous pouvez vous procurer la pompe que nous utilisons actuellement sur nos différents systèmes aquaponiques de 1 à 3 bacs de culture.

Tuyaux

Un tuyau pour amener l’eau dans le ou les bacs de culture + des coudes, Tés, etc.

Un système d’évacuation (siphon):
Lorsque l’eau arrive au niveau maximum dans le bac de culture, un siphon (fabriqué à l’aide de différents diamètres de tuyaux PVC) permet à l’eau d’être évacuée pour retourner soit dans un réservoir d’eau soit directement dans le bassin des poissons.

Le substrat du système aquaponique:

Pour remplir les bacs de culture, il y a plusieurs options possibles:

§  Le gravier:
Très contraignant vu son poids. Il faut aussi trouver du gravier non calcaire.
Du gravier peut être intéressant pour supporter des plantes plus lourdes, comme des petits arbres ou arbustes 5allez voir le papayer de Murray Hallam), un des pionniers de l’aquaponie en Australie!), mais uniquement possible dans les systèmes très matures de 5 ou 6 années.

§  L’argile ou schiste expansé: 2 matières différentes mais pour plus ou moins le même résultat: des billes rondes, légères, et pleines d’aspérités et de petits trous (excellent pour l’installation des bactéries!).
Ce matériau est le plus simple à utiliser.

§  Mousses synthétiques: Il y a certaines mousses synthétiques qui ne laissent aucuns résidus toxiques dans l’eau et qui permettent une excellente installation de bactéries, mais attention à la qualité de la mousse!
Les tours verticales que nous testons actuellement utilisent une mousse qui permet même aux vers de terre de s’y développer (comme dans les autres substrats).

§  Pas de substrat:
Un autre système possible avec l’aquaponie, c’est la technique des tables à marées, utilisée en hydroponie, qui consiste à placer les plantes sur des plateaux flottants sur de grands bassins peu profonds, ou dans des tuyaux avec des ouvertures tous les x cm pour placer les plantes.
Les plantes peuvent alors développer leurs racines dans l’air et l’eau disponibles dans ce genre de contenants. Le plus gros inconvénient avec ces systèmes aquaponiques à tables à marée, c’est qu’il faut absolument beaucoup plus filtrer l’eau, c’est juste une petite étape supplémentaire pour la mise en place et le bon fonctionnement.

Installation du cycle de l’azote:

Cette dernière étape avant d’introduire les poissons est capitale et vous demandera de 8 semaines à quelques mois de patience!

Dès que vous aurez fini d’installer tout le système aquaponique,  vous pouvez le laisser tourner sans poissons et sans plantes pendant quelques jours.

Pour favoriser l’apparition des bactéries participant à la nitrification de l’ammoniaque, il faut commencer par introduire un peu d’ammoniaque dans le système aquaponique, petit à petit.

Une fois que votre eau qui contenait de l’ammoniaque ne contient ni ammoniaque ni nitrites, et cela à chaque fois peu de temps après avoir ajouté un petit peu d’ammoniaque dans cette eau, c’est que votre système est prêt à accueillir les poissons.

On dit alors que le système est cyclé.

Vous analysez votre eau afin de vérifier que les paramètres sont corrects. Des kits de tests d’eau fraîche sont disponibles afin de mesurer vos taux.

Production de nourriture pour le système aquaponique:

Les poissons:

Une fois que votre système aquaponique est installé et cyclé (cycle de l’azote installé et opérationnel), il ne vous reste plus qu’à y introduire les poissons!

Tous les poissons d’eau douce peuvent convenir, à quelques exceptions près.

Dans les installations aquaponiques en climat tempéré, on peut élever:

§  des carpes communes ou koïs

§  des truites

§  des ombles de fontaines

§  des perches

§  des sandres

§  des écrevisses

§  des crevettes

§  …et tout autre poisson d’eau douce qui apprécie les conditions locales.

Dans les installations aquaponiques en climat plus chaud, il est possible d’élever:

§  des tilapias (t° au-dessus de 24°C obligatoire)

§  différentes sortes de perches

§  des black-bass

§  des truites (en hiver uniquement)

§  des barramundis

§  …et tout autre poisson d’eau douce qui apprécie les conditions locales.

Si l’aventure vous tente, n’hésitez pas à me contacter à info@latreignoise.com, je vous mettrai en relation avec des salmoniculteurs.